Observation de la Terre et intelligence artificielle
Actuellement dans sa phase de définition préliminaire (phase B), QlevEr Sat observera depuis l’espace les évolutions de zones terrestres et d’activités humaines à fort enjeu sociétal, telles que la déforestation. Afin de réduire le volume des données envoyées vers la Terre le nanosatellite effectuera une pré-analyse des données recueillies grâce à une IA embarquée.

Ce projet est piloté par le CSUG en collaboration avec la chaire IA & Environnement du MIAI Grenoble Alpes (Multidisciplinary Institute in Artificial Intelligence) et bénéficie du soutien de Teledyne e2v et d’une contribution d’Air Liquide par le biais de la Fondation UGA. Trois PME sont également impliquées dans le projet : DSE Grenoble, U-Space Toulouse et Terrasigna Roumania.

QlevEr Sat embarquera un module inédit d’Intelligence Artificielle (IA) qui traitera les images depuis l’espace et renverra vers la Terre des données facilement analysables et de faible volume. À l’issue de la Phase B1, une première démonstration de ce module a vu le jour.

Évolution de la déforestation, forêt amazonienne, Brésil, 2000 - 2012 - NASA

Évolution de la déforestation, forêt amazonienne, Brésil, 2000 - 2012 - NASA


NewSpace et intelligence artificielle

Avec la saturation des fréquences radio, la redescente des données sur Terre est l’un des enjeux majeurs du NewSpace. Le défi consiste à interfacer un processeur robuste, adaptable et tolérant aux radiations avec un imageur performant, dans un petit volume à faible consommation énergétique (6U soit 6 L pour l’ensemble du satellite), afin d’acquérir puis directement analyser les images d’une résolution spatiale de 5m, nécessaire à la détection des changements d’une zone donnée.
Mis à jour le  23 septembre 2021